Les anciennes plaques d'immatriculation

Les anciennes plaques d'immatriculation

Encore appelée plaque minéralogique, la plaque d’immatriculation porte une combinaison unique de chiffres et ou de lettres. L’objectif étant de faciliter l’identification du véhicule terrestre. En France 02 grands formats ont marqué la vie des plaques d’immatriculation. Il s’agit respectivement du Fichier National des Immatriculations (FNI) et le Système d’Immatriculation des Véhicules (SIV). Comme il est connu de tous, le Fichier National des Immatriculations (FNI), régissant les anciennes plaques d’immatriculation a été remplacé depuis le 15 Avril 2009 par un nouveau format dénommé Système d’Immatriculation des Véhicules (SIV).

Si l’utilisation simultanée des deux formats était encore autorisée jusque-là, ce ne serait dorénavant plus le cas. Comme décidé par les pouvoirs publics ce sera la fin de la superposition des deux systèmes d’immatriculation. En effet, l’année 2020 marquera définitivement la fin des anciennes plaques d’immatriculation. Tous les véhicules à moteur (autos, motos, camions, poids lourds, etc.) immatriculés dans l’ancien système, devront dorénavant se conformer au Nouveau Système d’Immatriculation (SIV).

Comparaison entre le SIV et le FNI

Quand bien même on continue de retrouver ces deux formats sur les plaques d’immatriculation jusqu’à ce jour en France, il faut noter que les plaques d’immatriculation sous ces deux formats ne sont pas pareilles. Il convient de préciser en tout premier lieu que le format FNI correspond aux anciennes plaques d’immatriculation (avant 2009) alors que le SIV a marqué depuis 2009 l’introduction des nouvelles plaques. Une plaque d’immatriculation sous l’ancien format se présente comme suit: AB-234-AB.
Sous le nouveau système le numéro d’immatriculation sera de la forme suivante 234 ABC 12. Sont affectés par le SIV, les voitures, les motos, les camions et même les scooters inferieurs à 50 cm3 qui avant 2009 n’étaient pas pris en compte par le FNI. Ces scooters dorénavant possèdent un numéro d’immatriculation depuis l’introduction du Système d’Immatriculation des Véhicules (SIV).

Evolution des anciennes plaques d’immatriculation

En circulation depuis 1950, les anciennes plaques d’immatriculation comptaient au maximum 8 caractères découpés en trois parties et séparés par des espaces. La première partie comptait de 1 à 4 chiffres (et 2 à partir d’Octobre 1976) et la deuxième partie était composée de une à trois lettres. Enfin la dernière et troisième partie comptait deux chiffres qui représentent le département d’origine. Pour éviter toute confusion, les lettres I et O n’ont jamais été utilisées à cause de leur ressemblance avec les chiffres 0 et 1. Les départements pouvaient choisir d’exclure ou non les combinaisons incluant le signe SS.
A leur introduction, les anciennes plaques d’immatriculation étaient composées de caractères argentés ou blancs sur fond noir. Ensuite, en 1963 ce fut le lancement des plaques réflectorisées qui au départ étaient facultatives. Elles étaient blanches à l’avant et jaunes à l’arrière. A partir du 1er Janvier 1993, les plaques réflectorisées sont devenues obligatoires. La prochaine nouveauté fut l’autorisation de l’utilisation des plaques à fond blanc à l’arrière des véhicules le 10 Mai 2007.
Ces divers changements peuvent se résumer comme suit :

  • 1/04/1950 au 31/12/1992 : On retrouvait en circulation, les plaques noires ou réflectorisées avec ou sans la présence de l’euro bande placée à l’arrière ou à l’avant et à l’arrière simultanément.
  • 1/01/1993 au 30/06/2004 : Les plaques minéralogiques étaient réflectorisées avec ou sans euro bande présente à l’arrière ou à l’avant et à l’arrière simultanément.
  • 1/07/2004 au 14/10/2009 : Plaques réflectorisées avec présence de l’euro bande à l’avant et à l’arrière.

Les anciennes plaques d’immatriculation, une valeur sentimentale

Pour de nombreuses raisons, certaines personnes restent très attachées à leur ancienne plaque d’immatriculation et ne sont pas ravies à l’idée de s’en séparer. Les premiers mécontents sont les collectionneurs de voitures anciennes car pour eux l’anciennetté des plaques est la preuve que l’on possédait le véhicule depuis fort longtemps ce qui augmentait sa valeur. L’autre raison c’est la disparition des numéros correspondants au modèle du véhicule. En effet sous le FNI on pouvait immatriculer une Porsche 911 « 911 XX 00 » ce qui faisait la fierté des propriétaires et surtout des collectionneurs.

Pourquoi la fin des anciennes plaques d’immatriculation ?

Plusieurs raisons justifient la décision de l’Etat de mettre fin aux anciennes plaques minéralogiques. La première raison est liée à la rupture de référence sous le Fichier National des Immatriculations que le service publique a senti venir. L’autre conséquence du passage du FNI au SIV est l’abandon de l’affichage du département sur les plaques. L’objectif visé par les services publics est de permettre l’établissement de la carte grise dans n’importe quelle préfecture de la France. Ce qui n’était pas le cas sous l’ancien format.
Même s’il n’y a pas une date d’expiration fixée par la loi, le gouvernement prévoit néanmoins achever le remplacement total des anciennes plaques FNI par une plaque SIV d’ici le 31 Décembre 2020.

Article récent

Plaque immatriculation personnalisée

Code promo 5% de réduction sur toutes les gammes mesplaques.fr